Kiblind est venu fêter le lancement de son 59ème numéro : Légendes à la Creative Night du Graphic Design Festival. Kiblind c’est le magazine lyonno-parisien dédié à l’actualité culturelle et à la création artistique qui fait la part belle aux talents émergents et dont on ne se lasse pas. On a papoté avec Maxime de la team Kiblind : il nous parle de la revue, son ascension et revient sur la Creative Night.

GRAPHIC DESIGN FESTIVAL PARIS

Dis-nous un peu qui se cache derrière Kiblind ?

MAXIME GUEUGNEAU

À l’origine, Kiblind a été créé par Jean Tourette, Jérémie Martinez et Gabriel Viry qui se sont rencontrés en fac de Science politique à Lyon 3. Aujourd'hui, il y a une dizaine de personnes derrière le magazine qui travaillent aussi pour l’agence de communication Klar, lancée après.

GDFP

Et toi ?

MG

Je suis arrivé il y a 6 ans et demi par le biais d'un stage en entreprise. Comme quoi, il y a des choses qui marchent parfois !

GDFP

Comment est né le magazine et quel était le projet initial ? Comment avez-vous évolué depuis ?

MG

Kiblind est né en 2004 dans la magnifique ville de Lyon. À l’époque, Jean, Jérémie et Gabriel trouvaient qu'il manquait des médias dédiés à la jeunesse sur l'agglomération lyonnaise. L’idée était de publier les artistes de notre génération, ce que les autres médias locaux ne faisaient pas, avec comme point de départ, le slogan "le journal qui vous publie, vous ! ". Petit à petit, le magazine a pris de l’ampleur pour être aujourd’hui tiré nationalement à 40 000 exemplaires, avec une ligne éditoriale entre l’art visuel et la culture au sens large. Parallèlement, nous avons monté Klar, une agence de communication pour subvenir à nos besoins et financer notamment les salaires.

GDFP

À quoi fait référence le nom Kiblind ?

MG

C'est une vieille expression. Parce qu'il faut savoir que nous sommes de vieilles personnes… On a dépassé les 30 ans ! Il y en a même qui ont 35 ans je crois, mais on ne compte plus à partir d'un certain moment. Donc, Kiblind c'est une vieille expression d’adolescents qu'ils avaient entre eux au moment de la fondation. Ça signifie "qui énerve", "qui excite"… des trucs comme ça. À l'époque, on mettait des "k" à la place des "qu" car on pensait que c'était cool et donc, ça a donné Kiblind. Mais on essaye de ne pas trop en être fier aujourd'hui. C’est avant tout un nom qui est bien pratique parce qu'il n’y a que nous qui nous appelons comme ça finalement !

GDFP

Kiblin ? Kiblaind ? ou Kibleened ? On ne sait jamais comment ça se prononce !

MG

Effectivement, je crois qu'il n’y a que nous qui le prononçons de façon adéquate. Enfin, il n'y a pas de façon de le prononcer, le principal c'est qu'on en parle. Qu'on dise Kiblin, Kiblaind ou Kibleened, ça n'a pas d'importance.

GDFP

Comment définiriez-vous votre état d’esprit ?

MG

Je dirai une certaine légèreté face à nos passions, essayer de ne pas être trop technique ou trop pointu. Notre volonté est de présenter de façon simple des artistes que l'on ne voit pas forcément ailleurs. On essaye de montrer l'émotion qu'ils ont voulu faire transparaitre en présentant leurs œuvres directement.

Nous accordons une place importante à l’art visuel. Et aussi, on discute de l'aire du temps, de figures un peu iconiques selon le thème choisi.

Notre couverture, avec juste notre nom accompagné du visuel créé pour l'occasion, est représentative de notre état d’esprit.

GDFP

Vous mettez en avant des talents émergents, comment les sélectionnez- vous ? Qu’est-ce qui vous touche ?

MG

C'est de l'art donc c'est assez inexplicable. Mais il y a sans doute une tradition de l'illustration française, en ce moment, qui nous plait beaucoup. On se penche aussi sur l'illustration japonaise et européenne.

Je pense que lorsque c’est édifiant, ça nous touche. On est très peu, dans l'équipe, à avoir fait une école d'art quelconque, donc on n’a pas forcément les outils techniques pour apprécier une œuvre. Notre rapport à l’art est basé sur l'expérience, sur l'instantanéité… Maintenant, on a un peu de bouteille derrière donc on sait où chercher et ce qu'on veut.

GDFP

Revenons sur la Creative Night…

MG

J’étais en charge de ce projet avec ma collègue, Alix, qui est parisienne. On a voulu proposé un format interactif. C'est quelque chose que l'on sait faire et que l'on aime faire.

En reprenant le thème de notre magazine Légendes, on a voulu faire dessiner des gens en direct en ajoutant une petite dose de nouvelles technologies et de 2017 avec l'animation par le motion designer Arnaud Laffond. J'espère que c'était pas mal !

GDFP

Pour le lancement du nouveau numéro de Kiblind, lors de la Creative Night, vous avez rendu un hommage spécial à Zelda : qu’est-ce que ? qui ? quoi ? comment ? pourquoi ?

MG

Zelda, c'est la princesse du jeu Nintendo, évidemment. On lui rend hommage car ça fait maintenant 30 ans que le premier jeu vidéo est sorti et Zelda est notre amoureuse numérique à laquelle nous restons le plus fidèle. On voulait parler de ces jeux mythiques, de cette princesse là et de Link, qui nous a fait rêver. On a demandé à Patrick Hellio, qui est un grand connaisseur des jeux vidéo depuis des dizaines d'années, de nous parler de cette icône légendaire du jeu vidéo. 

GDFP

Il y a aussi une superbe vidéo qui accompagne ce lancement ! Un petit commentaire ?

MG

Les Films Associés ont réalisé cette vidéo report. Ils se sont fait plaisir avec une bande son tout simplement magique.



GDFP

Vous êtes entre Lyon et Paris avec un magazine imprimé, un webzine, des événements… vous ne vous arrêtez jamais ! Vous avez des projets à venir ?

MG

L’idée est toujours de sortir un magazine tous les 3 mois et, concernant les projets précis, on prévoit une fête de lancement le 25 mars prochain aux Subsistances à Lyon. C’est un grand défi pour nous car on organise cela sur une journée, ce qu'on fait rarement. D’habitude, on est davantage sur des formats apéros ou soirées. Il y aura des ateliers, des petits dj, un peu de bière et roule pour la journée ! À Paris, on n’a pas encore de date précise mais on fera évidemment un lancement.

On organise aussi une soirée au Havre pour le Festival Une Saison Graphique le 15 mai. On va y mettre beaucoup d’énergie, c'est un Festival qu'on aime beaucoup, dans une ville qu'on aime beaucoup avec des gens qui nous accueille et qu'on aime beaucoup aussi.

Photo couverture : © Thirty Dirty Fingers

kiblind.com

Share

Related

KEEP IN TOUCH

the terms and condition